Petits nous avons tous joué avec des maquettes de Spitfire et autres Corsair, devant la série mythique des têtes brûlées ! Rares sont les jeux vous permettant de prendre les commandes d'un avion sur console. Il y avait bien sur playstation2 ou crimson sky sur xbox. Il y avait aussi Heroes of the Pacific de Codemaster sorti quelques mois avant l'arrivée de la nouvelle génération. Dans cette même veine des combats aériens sur des vieux coucous, il y a désormais Blazing Angels : Squadrons of World War II sur la seule console Next gen existante. Il est temps d'enfiler le flying Jacket, d'attacher son parachute et d'embrasser la Pin up sur la carlingue ! C'est parti pour le looping-test de Blazing Angels des studios Ubisoft.



Dans le mode carrière, ce jeu va vous mettre dans la peau d’un as de l’aviation américaine. Au coté de 3 coéquipiers, vous allez exercer vos talents sur tous les théâtres d’opération de la Seconde Guerre Mondiale, du ciel anglais aux îles du pacifiques en passant par les déserts d’Afrique du Nord aux fjords de Norvège. Ces combats pourront se dérouler aussi bien au dessus de la mer (campagne du Pacifique) qu’au dessus de villes comme Paris (et passer sous la Tour Eiffel), Londres, mais aussi Berlin. Vous aurez ainsi 18 missions à accomplir. Ces missions sont de difficultés inégales et par conséquent de durée tout aussi inégales, mais elles sont variées dans leurs objectifs. Vous allez ainsi pouvoir, bombarder des navires, des convois, des aéroports voire même des villes entières aux commandes d’une forteresse volante ; torpiller des navires ; accomplir des missions de reconnaissance aérienne, des combats aériens contre des chasseurs, des bombardiers légers et lourds ; mais aussi des missions d’escorte d’avions ou de convois et des missions de soutien aérien des troupes au sols (. Bien sur pour mener à bien ces missions, vous allez prendre les commandes de nombreux avions, du vieux biplan, au Spitfire, en passant par les hurricanes et autres P51.



Vos coéquipiers viendront par moments vous donner un coup de main, de bon aloi. Chacun de vos coéquipiers à un rôle bien spécifique. Ainsi Tom, sera votre garde du corps, à votre demande, il entraînera à sa suite, l’adversaire qui vous visait. Joe sera votre mécanicien en chef qui vous guidera pour faire des réparations en cours de vol pour remettre en état votre avion (par une combinaison simpliste de touches). Et enfin Franck, véritable Pitbull qui à votre commandement fera des ravages parmi les rangs ennemis. Autant dire qu’au fur et à mesure que la guerre avance et que vous engrangez des victoires, votre expérience augmente ainsi que celle de vos coéquipiers qui sont très efficaces. Selon votre rapidité à remplir les missions et votre efficacité à détruire les cibles adverses, vous recevrez un grade, en allant jusqu'à la médaille quand c’est parfait. Vos performances vous permettront de débloquer plus ou moins des avions. Vous pourrez finalement au total prendre 42 avions. Il faudra une petite dizaine d’heures pour terminer la campagne solo. Heureusement pour améliorer la durée de vie du jeu, les développeurs ont intégrés d’autres modes de jeu permettant de débloquer des bonus. Le mode mini campagne (thématique) permettra d’améliorer l’armement, le mode arcade (abattre 3 série de 12 avions ) permettra d’augmenter les capacités des avions et le mode duel vous permettra de débloquer des couleurs spéciales (« as ») pour vos avions.



Le gameplay est assez facile à prendre en main (par exemple, les ordres aux coéquipiers sont facilement attribuables grâce au pavé directionnel de la manette), mais néanmoins il souffre de nombreux défauts. Ainsi les attributions de certaines fonctions ne sont pas pratiques, ainsi le stick droit se voit attribuer la commande de d’accélération et de décélération, le roulis, et l’arme secondaire. Autant dire que parfois, vous mettez votre dextérité à rude épreuve pour arriver à suivre une cible, décélérer et lancer une roquette. De plus, les commandes ne sont pas paramétrables. Un autre défaut concernant l’accélération, c’est que vous devez jouer constamment sur les gaz, vous ne pouvez pas fixer la manette des gaz à un « débit donné ». A cela s’ajoute, le fait que vous n’avez aucune indication à l’écran de votre direction, de votre vitesse ou même de votre assiette. C’est un parti pris par les développeur de nous faire vivre le jeu comme un film. Il n’y a que la vue de derrière disponible, pas même une vue du cockpit (ou alors elle est très bien cachée !). Votre cible est indiquée par des petits curseurs, mais heureusement que vous pourrez la suivre des yeux, car il n’y a aucune indication sur sa position à l’écran (d’habitude une petite flèche vous indique la direction générale de votre cible). Il y a parfois une grande quantité d’avions dans le ciel et d’unités au sol, il serait dommage de décimer vos propres troupes dans le feu de l’action, un code couleur vous permet de ne pas vous tromper (rouge pour les ennemis et vert pour les alliés). L’impression de se trouver dans un film est renforcée par la gamme de couleur, elles sont très froides, dans des tons assez vert et bleu. C’est assez surprenant au démarrage, mais on s’y habitue très bien ensuite.



Par contre, vous aurez probablement du mal à vous croire sur une console de nouvelle génération. Ce n’est pas très beau de loin, mais de près c’est encore pire ! Les avions sont pourtant bien modélisés (et encore …), mais le reste beaucoup moins. C’est le défaut le plus pénalisant du jeu. Ne vous approchez pas d’une forêt, vous allez avoir peur. L’eau n’est pas du tout réaliste, alors que si vous faites du rase-mottes, votre avion va soulever des gerbes d’eau (tout aussi moche !). Pendant que vous serez au ras des pâquerettes, passez donc sous un pont, mais ne soyez pas surpris de voir voler les camions passant sur celui-ci. Les bateaux donnent l’impression d’être au dessus de l’eau et non pas dans l’eau. Ne parlons pas des quelques soldats traînant d’ici de là, qui courent en rond. C’est malheureux à dire, mais la réalisation n’est pas à la hauteur, d’autant plus que l’affichage donne l’impression de ramer. Les graphismes et autres effets sont à mettre au second, voire troisième plan. (À part la vidéo introductive pas si mal que ça en voyant le reste)
La bande son est aussi inégale. Les bruitages pour les avions semblent assez fidèles avec ce que l’on a pu entendre dans des documentaires ou films. La musique est de circonstance et assez réussi dans le genre héroïque. Mais les dialogues et voix en anglais ne s’intègrent pas dans le ton du jeu (le résistant français est assez drôle a écouter).



Heureusement, le mode live sauve un peu l’honneur. Comme dans tous les jeux, vous pourrez choisir votre type de partie (avec ou sans classement) et en créer une si rien ne vous convient. Ainsi vous pourrez soit jouer en coopération, en équipe ou en solo.
En coopération, vous pourrez revivre les missions du mode solo, avec l’aide de 3 joueurs. Mais il y a également des missions de bombardement, de protection contre des kamikazes …
En mode solo ou équipe, vous aurez les inévitables dogfiht, avec des avions dans tous les sens. Mais aussi des parties avec objectifs, prendre la base de l’équipe adverse, défendre ses troupes etc. Mais autant dire que les quelques parties existantes sont surtout des combats aériens, donc attention de ne pas faire trop chauffer votre armement au risque de vous retrouver sans puissance de feu face aux Barons Rouges du live. Malheureusement, à moins d’avoir une excellente connexion, dès que vous serez une douzaine, le jeu va perdre en fluidité et les avions auront des trajectoires loufoques. Mais sinon globalement le mode live est tout de même assez réussi.



Ambiance Sonore : 12/20
Une musique d’ambiance réussie, des bruitages convaincants, mais des dialogues inadaptés.


Graphisme : 7/20
Il ne devait pas sortir que sur Xbox à l’origine ?


Jouabilité : 11/20
Un point de vue cinématographique assumé et imposé, mais pas forcement pratique à l’usage.


Mode Solo : 15/20
Un peu court mais des missions variées avec un large panel d’objectif.
Quelques missions assez ardues tout de même.


Live : 14/20
De rudes combats en perspective pour peu que l’on ne soit pas trop nombreux !
Mais un mode coopératif intéressant.


Note Générale : 10/20
Au final, Blazing angels, Squadrons of Wolrd War II, est une réelle déception. Pourtant, ce jeu ne manquait pas d’atouts pour se faire une place au soleil. La trame du jeu est intéressante et la partie live promettait des combats aériens d’anthologie, mais c’était sans compter un torpillage en règle par une réalisation graphique en dessous de ce que l’on pouvait attendre pour la Xbox 360.
 […]