Désormais tout film à gros budget, doit avoir sa déclinaison vidéoludique afin d’amortir au mieux les achats des licences et des droits d’exploitation et d’inonder les écrans afin de drainer le plus de monde possible. Depuis quelques années, les jeux vidéos phares se voit porter à l’écran comme Tomb Raider ou tout récemment Silent Hill. Les « portages » sur consoles ne sont malheureusement que rarement des réussites. Ce mois ci, c’est au tour des légendaires héros des Comics Marvel : les X-men de sortir sur écran pour la troisième fois, accompagnés comme il se doit du jeu vidéo officiel. Nous allons ainsi étudier si les mutations de la nouvelle génération rendent honneur aux super héros de papier de nos enfances.



X-MEN-3 Le Jeu Officiel d’Activision, devrait nous permettre de combler le vide entre les deux derniers films et ainsi être une excellente incitation à allez voir X-Men : l’Affrontement Final. Nous allons revêtir tour à tour les habits de Wolverine, de Diablo et de IceMan et par là même d’utiliser leurs capacités extraordinaires dans les tréfonds du complexe du lac Alkali. Nous allons y affronter les Sentinelles Géantes, lady Deathstrike, l’alter ego sexy de Wolverine, mais aussi Pyro, l’homme multiple, dent de sabre et bien d’autres méchants mutants. Sur le papier, il y avait de quoi faire un bon jeu, mais les développeurs de Z-Axis n’ont pas réussi un coup de maître, sans que ce soit non plus une catastrophe.

L’interface est efficace, sans affichages superflus, nous avons sous les yeux, notre barre de santé, une jauge pour les capacités spéciales de chaque personnage, un mini radar indiquant les ennemis, notre position, nos partenaires éventuels et les objectifs. Il y a également un indicateur d’action, qui nous informera des zones et consoles où nous pourrons agir. Il y a également la barre de santé de nos coéquipiers quand nous serons épaulés par eux.



Ainsi, au cours de l’aventure, nous allons recevoir le renfort de Tornade, de Colossus, qui nous permettrons d’avancer dans le jeu, certes, ils sont un peu longs à agir parfois et ils se font attendre pendant que nous affronterons des vagues incessantes d’adversaires. Ces adversaires, ne brilleront pas par leur intelligence. La seule étincelle qu’ils auront sera de vous encercler et de se mettre à distance pour ceux possédant un fusil. Leur apparition est très scriptée, notre passage à tel point du niveau déclenchera l’arrivée des ennemis. La seule difficulté dans ces phases est surtout due au nombre, en effet, bien que la palette de mouvements reste limitée pour nos héros, ils sont assez efficaces. Ainsi Wolverine jouera aisément de ses lames, en assenant de temps en temps un coup de pied circulaire ou un coup de tête. Il pourra aussi parer les coups et s’esquiver, mais nous utiliserons très peu cette capacité. Son atout est sa fureur, qui lui permettra une fois la jauge remplie d’assener des coups plus rapidement et plus puissants et de se régénérer en même temps. Cette possibilité de se refaire une santé est commune à tous nos héros. Diablo, lui se caractérise par sa facilité à se téléporter, qui compense sa faible force de frappe. Il n’aura pour se défendre que la possibilité de donner des coups de poings et coups de pieds. Ainsi, avec Wolverine, ce sera surtout une progression toute en force, tandis qu’avec Diablo notre avancée sera plus furtive. Il en est tout autrement avec Iceman, celui-ci se déplaçant sur un chemin de glace qu’il fabrique au fur et à mesure sous sa planche (pas toujours évident à manœuvrer d’ailleurs). Il utilisera ses rayons de glaces et averse de grêles pour déjouer tous les pièges. Ses phases de jeu s’apparenteront plus à un shoot’em up.



Une des bonnes idées de ce jeu est la possibilité d’augmenter des capacités spécifiques de nos personnages (santé, force, régénération, agilité, parade …), en fonction de la difficulté choisie pour traverser un niveau. Nous pouvons ainsi choisir un palier de difficulté de novice (extrêmement facile) à super-héros (moyen, mais avec des passages prises de tête). Mais de manière générale, les niveaux et objectifs ne sont pas homogènes. Certains sont si rapide que vous n’aurez pas le temps de réaliser que vous les avez déjà fini et d’autres vous demanderont plus de temps à cause de l’absence d’objectifs intermédiaires, vous obligeant à tout reprendre. La durée de jeu n’est pas exceptionnel et prendra une quinzaine d’heure pour un joueur moyen, en cherchant les bonus dans les niveaux, vous permettant de débloquer des costumes et de petites missions d’entraînement. Cette durée de vie ne peut pas être augmentée par le live, vu qu’il n’existe pas.



Graphiquement, malgré une mise en scène réussie largement inspirée des planches des comics, le jeu d’Activision est très loin d’être Next-Gen. Quelques effets, tels que la téléportation de Diablo, sont assez réussis, mais les personnages se sont échappés de Xbox et les textures ne sont pas extraordinaires non plus. Un autre bon point c’est le doublage intégral en français pour ceux qui comme moi ont parfois des ratés avec l’anglais. Au niveau de la musique, elle est fidèle au film, mais très répétitive au final.

Pour conclure et laisser en paix nos super-héros, X-men3, le Jeu Officiel est un pure produit marketing pour le fans et servant de planche d’appel pour le film. Ce qui donne au final, un jeu sans grand intérêt, présentant des graphismes loin des capacités de la Xbox 360. Autant dire que pour les irréductibles fans, il serait bon d’attendre les occasions qui au vu de la durée de vie ne vont pas se faire attendre. Il faut espérer qu’Activision mettra plus de soin à produire Marvel : Ultimate Alliance.



Gameplay : 10/20 : Prise en main rapide, des personnages emblématiques, mais sans réelle profondeur de jeu et une durée de vie courte, pas même de mode coopération en multijoueur.

Son : 11/20 : Beaux efforts de localisation.

Graphisme : 07/20 : Y a pourtant indiqué HDTV sur la boite, mais ce n’est malheureusement pas utile.

Note Finale : 08/20 : Pas au niveau de la légende et de la renommée des super-héros de Marvel. Ce n’est qu’un produit dérivé pour amortir la licence. Cela se laisse jouer mais nous n'en garderons pas de souvenirs impérissables.
 […]