Il y a des jeux qui sont attendus au tournant. Saint Row est de ceux là. THQ et le studio Volition ont signé le premier GTA-like sur la console Next-gen de Microsoft ! Aucun éditeur n’avait vraiment réussi à égaler l’illustre ancien sur la XBOX première du nom. La guerre des gangs a commencé sur la XBOX360, voyons voir ce que nous proposent les petits gars de Volition. Sortez les chaînes en or, enfilez votre survêt Tachini et allons voir ce que la rue nous prépare.



Prenez une ville pleine de vie, des gangs contrôlant chacun des territoires d’influence, de la drogue, des prostituées, des véhicules à profusion, des flics tatillons et une énorme liberté de mouvement, ajoutez à cela une ambiance Gang’sta (que voulez vous, c’est la mode du moment !), cela vous fait penser à quoi ? A GTA San Andreas évidemment. Vous ne pourrez y échapper ! Saint Row à un dur passé à faire oublier.
L’histoire est simple, vous vous retrouvez malgré vous inclus dans un gang, suite à un règlement ce compte en pleine rue. Votre gang, les Saints de 3rd streets, est un petit gang qui n’en veut, même s’ils ont choisi une couleur à dormir dehors (le violet), et qui est prêt à tout pour contrôler toute la ville. Et vous la dedans ? Pour exister et monter dans la hiérarchie, vous allez devoir engranger des crédits et du respect. Enfin du respect … c’est vite dit. Car les missions que vous allez devoir remplir et débloquer au fur et à mesure n’ont pas grand-chose de respectable. Piquer les putes d’un autre gang pour le mettre dans son propre bordel, descendre les lieutenants des autres gangs, contrôler la production de drogue, etc.… voilà le genre de mission que vous allez devoir effectuer pour prouver que vous méritez de porter les couleurs du gang.



Ces missions vont vous emmener aux quatre coins de la ville de StilWater (un nom de chiotte, non ?). Cette ville n’a pas le gigantisme et la diversité des paysages que proposait GTA-SA. Mais sur ces deux îles, elle propose des environnements variés, du quartier d’affaires, aux quartiers plus résidentiels. Pour vous repérer, une carte est disponible. Cette carte se complétera au fur et à mesure de votre progression, avec vos planques, les différents commerces et différentes missions et activités et votre expansion dans la ville par rapport aux 3 autres gangs. La vie dans cette ville est aussi bien présente, avec de nombreux passants et automobilistes, toutefois à certaines heures, dans certains quartiers, il sera un peu difficile de trouver une voiture. Il ne vous restera plus qu’à courir (pas longtemps, car vous n’avez pas une endurance olympique et votre jauge baissera rapidement, mais une fois arrêté, elle remontera tout aussi vite) marcher, sauter pour prendre des raccourcis ou prendre le métro aérien, voire même nager.
Vous retrouverez la liberté que vous aviez sur GTA-SA, ainsi vous pourrez à loisir acheter des vêtements (ceux violet, vous feront gagnez plus rapidement des points de respect), des armes, de l’alcool, de la bouffe, vous faire des tatouages et aussi personnaliser votre personnage chez le coiffeur ou chez le chirurgien esthétiques. Mais si vous êtes en manque de liquidités, en rentrant dans ces intérieurs vous pourrez tout aussi braquer la caisse ou par l’intermédiaire d’un petit jeu crocheter le coffre. Ainsi les missions (4 scénarios) et activités (cambriolage, arnaque à l’assurance, tueur à gages, une grande douzaine au total…) sont assez variées et nombreuses et non linéaires (seulement fonction du respect obtenu), mais on peut regretter qu’il n’y ait que les « voitures » qui soient conduisables. En effet, contrairement au modèle, vous ne pourrez ici tout ce qui permet de se déplacer. C’est ce qui peut rendre le jeu un peu monotone en solo. Je pique une caisse, je vais faire ma mission et je repique une autre caisse pour rentrer et je recommence.



Lors de la partie, votre niveau de recherche (tout comme GTA-SA) symbolisé par des étoiles augmentera au fur et à mesures de vos méfaits et il en est de même avec les autres gangs (plus vous tuerez de membres des Vice Kings, plus ils seront nombreux à venir vous pourchasser. Vous aurez la possibilité de faire appel à un membre de votre clan, pour vous aider ou alors à une aide exceptionnelle, de certains personnages, débloqués lors de missions et grâce à l’augmentation de votre niveau de respect.
Chaque territoire contrôlé va vous rapporter de l’argent. Cet argent vous pourrez le retirer dans votre planque, ainsi que les vêtements et les armes que vous avez achetés. Les armes que vous pourrez utilisé sont nombreuses et variées, elles vont du cocktail molotov, au couteau, en passant par l’uzi, jusqu'au lanceur de roquettes. Vous aurez aussi la possibilité de parquer des véhicules dans votre garage, mais ils seront stockés dans l’état où vous les avez déposés (ils ne seront pas remis à neuf comme dans GTA-SA)



Graphiquement, Saint Row est nettement au dessus de GTA-SA, mais encore perfectible. Dès le démarrage vous allez devoir créer votre propre personnage, en choisissant de la couleur de la peau à la masse musculaire, en passant par la forme du menton. En fait des milliers de possibilités (sauf que ce ne peut être qu’un homme, dommage pour les joueuses) que va nous donner cet outil de création assez pointu.
L’action se déroulant en intérieur et en extérieur, les environnements sont interactifs, ainsi vous pourrez shooter dans tous les éléments mobile du décor (caisse, poubelles, ballons) et détruire certains éléments tels que les bouteilles, les écrans divers et variés. Sur les véhicules les dégâts sont aussi visibles et progressifs, sans que cela ait d’influence sur le comportement de la voiture. Une aide visuelle est présente sur la carte et minicarte de votre affichage, pour vous guider jusqu'à une destination que vous avez pointé. Les effets visuels tels que les explosions et le feu sont très bien rendus (même trop bien rendus sur vous !!!!). Il y a toutefois quelques bugs d’affichage qui subsiste, comme la disparition d’éléments de décor, de véhicules, voire parfois de texture.



Heureusement pour se démarquer de GTA-SA, Saint Row nous donne la possibilité de faire des parties XBOXLIVE, jusqu'à 12 joueurs.
Sur le live, vous allez pouvoir récréer votre propre gang, avec le tag de votre « clan » qui s’affichera devant votre gamertag. Vous avez bien sur la possibilité de créer votre propre partie, en la personnalisant au niveau de l’environnement, des paramètres de jeu, mais aussi au niveau des armes disponibles (genre lance roquette contre couteau, quoi c’est pas équilibré ?). La part belle est faite au mode de jeu en équipe. Les modes sur lesquels vous pourrez vous déchaîner sont le deathmach classique solo ou en équipe « bataille de gang » ; « à la chaîne » ni plus ni moins une capture de drapeau, remplacé ici par une chaîne en or (gang’sta oblige) ; « Pas ta caisse » ou vous devez améliorer votre voiture avant celle de l’adversaire, en ramassant des chaînes en or à revendre, ce qui vous permettra de retaper votre caisse, tout en ayant la possibilité de ruiner celle de vos adversaires ; « garde du corps » où vous devrez escorter votre mac (le gars avec le chapeau à plume ), armez de sa seule baffe de la mort : il te touche , t’es mort ; il te rate, tu t’enrhume. Il y a également la possibilité de jouer en coop (2 joueurs seulement, dommage). Ces parties se dérouleront sur des maps à plusieurs étages, en intérieur- extérieur, avec des passages à découvert et des recoins. Vraiment de quoi s’amuser. Lors des parties sur le live, vous pourrez gagner un peu d’argent ce qui permettra de personnaliser votre personnage (achat de vêtements, bijoux et tatouages). Cette partie live est une vraie réussite, malgré la présence parfois gênante de lag.



Au niveau sonore, la playlist des radios est complète et chacun y trouvera son style propre, malheureusement aucun titre n’est véritablement assez connu pour rappeler à notre souvenir. Les bruitages nous accompagnent pendant nos périples à travers les territoires ennemis et viennent favoriser notre immersion dans le jeu. Il est toutefois dommage qu’il n’y ait pas eu d’effort de localisation, heureusement les sous-titres viennent nous dépanner.



Au final, Saint Row n’a pas à rougir de son inspirateur. Pourquoi vouloir changer les bonnes vieilles recettes : une bonne dose de liberté, de transgression des règles et des interdits histoire de faire parler de soi. Les développeur ont eu la bonne idée de rajouter ce qui manquait à GTA-SA, la possibilité de jouer sur le Xboxlive et de personnaliser totalement son personnage. La balle est désormais dans le camp des développeurs de chez Rockstar, qui voudront sûrement reprendre le territoire de leur gang sur la XBOX360.




Gameplay : 15/20 : Pour peu que l’on soit un habitué du genre, la prise en main est rapide et on aura vite fait de manier avec brio les voitures et avec efficacité la visée. C’est identique en solo ou sur le Xbox-live.

Son : 16/20 : On parcours la ville en voiture, rien que pour le plaisir de la radio.

Graphisme : 16/20 : Fluidité de l'animation, qualité du rendu, les effets de flammes sont excellents rien à redire à part quelques petits bugs d’affichage.

Xbox-live : 15/20 : Le mode live est une réussite, avec une réelle variété de mode de jeu, qui nous assure des parties endiablées en équipe, cependant on peut regretter les problèmes de synchronisation présents pour l’instant sur le live.

Note Finale : 15/20 : THQ est venu chassé sur le territoire de Rockstar. Ils ont réussi à s’approcher du maître en la matière, en utilisant les mêmes recettes qu’eux. C'est-à-dire une liberté immense, une bande son riche et complète, des armes à profusions, une bonne dose de petites missions permettant de s’échapper des missions directrices du jeu. Ils ont rajouté une bonne dose de personnalisation et ce qui manquait à GTA San Andréas : le live qui malgré des problèmes de lag (prochainement corrigés par un patch) propose une réelle alternative au jeu en solo.


Prix : 70 euros
Disponibilité : depuis le 1er septembre 2006.