vendredi 19 août 2011

Gamescom 2011 : l'ouverture au public


C'est selon une mécanique bien rodée que je me suis donc rendu ce matin à la Gamescom, pour la première journée d'ouverture au public. Dès les abords, on pouvait se rendre compte que l'atmosphère avait changé et qu'elle était chargée d'excitation, dès le hall d'accueil, ou malgré une ouverture 3/4h plus tard, les premiers visiteur se pressent déjà devant les portillons. Dans les halls, c'est la phase de préparation avant le rush de la journée, on finit la déco du stand sur celui de Modern Warfare 3, les équipes font le briefing à l'arrière du stand SWTOR et les masseuses et masseurs se dirigent vers la zone de relaxation de la zone pro, même les accrédités presse comme moi attendons l'ouverture de cette même zone.


9 h tout ouvre et moi je me dirige vers le showroom Bethesda pour une présentation de Prey 2 , suivi de Dishonored. Prey 2, dans un univers futuriste, la démo nous permettait de voir les capacité de notre héros, chasseur de prime, dans un environnement urbain, bien plus lumineux que celui de Blade Runner. Les principes du jeu sont intéressants, la réalisation semble à la hauteur et je pense que j'ai bien fait de retrouver le premier opus, histoire de pouvoir juger les relations entre ces deux jeux. Dishonored, est un FPS clairement inspiré du mouvement Steampunk, qui se déroule dans une ville à l'image de la Londres Victorienne. J'ai été bien moins séduit par ce jeu, bien que quelques idées dans le design et la mécanique de jeu mériteraient que l'on s'attarde dessus.


Lors de ce premier rendez-vous, je me suis rendu compte que mon anglais allait à peu près pour la compréhension, par contre, c'est encore un peu dur d'arriver à tout noter et aussi d'avoir une aisance et un vocabulaire approprié pour poser des questions … C'est lamentable, mais je vais essayer de m'améliorer au fur et à mesure.


J'ai enchaîné avec un démo de prototype 2, chez Activision, en compagnie de l'équipe de Gohanblog, bien remis de leur soirée de la veille. Sans avoir été complètement au bout du premier opus, je l'avais apprécié pour cette liberté d'action et ce sentiment de tout puissance. J'avais bien aimé, incarner Alex Mercer. Pour la suite, les joueurs de Prototype ne seront pas perdus, les mécanismes de jeu, de déplacement sont les mêmes, par contre, les métamorphoses ont été rendues plus aisées et rapides. On incarnera un autre personnage, James Heller, dont on ne sait pas vraiment s'il est contre ou avec Alex... Quelques nouveautés comme la possibilité d'épargner les personnes que l'on saisit est intéressante, par contre, je suis bien plus sceptique concernant la possibilité de démanteler les véhicules pour récupérer les armes (telles un lance-roquette …). Graphiquement, de mon point de vue, y a quand même encore un peu de boulot, ce qui est normal pour une version démo.
J'ai pu ensuite assister à une présentation de Goldeneye relaoaded, pendant qu'à coté, Robert Bowling, responsable de la communauté des Modern Warfare enchaînait les interviews. Mais revenons à cette nouvelle mouture de Goldeneye, pour la PS3 et la Xbox360. On a pu voir l'utilisation du Sharpshooter de Sony, avec le Move. Mais je ne suis toujours pas conquis par cet accessoire, n'y près de trouver cela comme intéressant. En ce qui concerne, cette version de Goldeneye, je n'ai pas été séduit.


Un petit tour, dans le premier hall, m'a permis de voir que le salon était déjà bien rempli et que les files d'attente s'allongeaient pour le moindre jeu. Le Hall consacré au jeu online et au free too play, comme l'année dernière était bondé, les sonos à fond. Juste avant mon premier rendez vous de l'après-midi, direction le stand de 2K, où mon accréditation m'a permis de squeezer complètement la queue ( c'est à ces moments là que je suis totalement gêné) pour voir une démo live de Darkness 2. C'est ultra-violent et sanglant, crânes arrachés avec la colonne vertébrale, corps coupés en deux dans le sens de la hauteur, digne des « tranches d'anatomie ». Cela en est à un tel point que c'est limite écœurant et là je me suis dit que le respect des préconisations d'ages pour les jeux étaient vraiment nécessaires. Heureusement que je n'avais pas faim, car toute cette bidoche sanglante m'aurait coupé l'appétit.


Retour au showroom Bethesda pour une prise en main de Rage, où j'ai été accueilli en français et c'est très agréable un tel effort. J'ai pu pendant une heure jouer à Rage , dans un univers à la Madmax, post apocalyptique, pour les premiers instants de jeu. Il me plait bien ce jeu, cette première heure m'a bien absorbé, au point d'être surpris par la petite tape sur l'épaule pour me signaler que mon temps était révolu. Mes bonnes impression de la Gamescom 2010 ont été confirmées et cela va dans le bon sens:) Je n'ai pas pu voir Skyrim, car les créneaux étaient pleins, mais j'ai reçu un pass me permettant une nouvelle fois de shunter la file d'attente. Mais la démo durant 40 minutes, je verrais peut être ça demain.

Avant , mon rendez vous chez Warner, pour LE batman, j'ai fait la promotion d'Anonymous Gamers auprès des différents éditeurs. Ainsi, j'ai pu établir le contact, avec la charmante personne s'occupant des relations presse chez Namco Bandai, pour la France (avec peut être des concours à pouvoir organiser avec elle plus tard, c'est pas sympa ça?). J'ai également enfin rencontré la personne qui s'occupe de Konami et de Rockstar pour la France. Chez Capcom, par contre, aucun contact, donc si vous savez qui gère les relations presse/communauté pour la France, faites moi signe ! J'ai pu également obtenir in extremis, un rendez vous chez 2K pour ce vendredi pour une behind closed doors de Borderlands 2 et c'est une bonne nouvelle.


Pour poursuivre dans le domaine des bonnes nouvelles, j'ai également fait la connaissance de la personne chez Sega s'occupant des relations presse pour la France (même si je ne me considère pas comme étant Presse), qui en plus d'un cadeau royal pour les 20 ans de Sonic, m'a invité directement dans le stand Sony, pour assister à tout ce que je pouvais et voulais, avec une grande gentillesse. Vous allez me dire que je suis naïf, que c'est son boulot. Certes mais c'est d'ailleurs tout à son honneur d'avoir fait cet effort pour Anonymous Gamers, qui n'est qu'un blog personnel sur les jeux vidéo,( avec un auteur parfois en dilettante, c'est à dire moi :) ), comme il s'en créée des dizaines chaque mois. Je le remercie donc grandement et chaleureusement. J'ai donc pu assister à une démo live de Binary Domain, qu'il me semble ne pas encore avoir entendu parlé. C'est un jeu à la troisième personne (TPS), où vous dirigez une équipe de 2 coéquipiers supplémentaires dans un monde futuriste, où les robots ont bien évolué et ne vous veulent pas que du bien. J'ai été bluffé par la localisation des dégâts et la persévérance qui animait ces robots. Ainsi par exemple, après avoir fait sauter les plaques d'armures, il faudra détruire ce droïde complètement au risque de le voir se pointer à cloche pied ou en rampant, pour continuer à t'agresser ! Il y a tout un aspect également psychologique , avec un gestion du moral des troupes et ce que l'on peut leur dire, car oui, il y a une partie de reconnaissance vocale ! Un jeu à suivre pour moi !
J'ai poursuivi par une présentation de Aliens Colonial Marines, avec de l'action non stop, des aliens déchainés et tout un univers recréé à partir des croquis non utilisés dans le film. L'ambiance est bien là et les pings sur le radar également, quelle angoisse ! Graphiquement, étant une démo, c'est en deçà de ce que ce sera une fois finalisé. Par contre pas de Ripley, sortant de son très long sommeil, en petite culotte. La déco de la salle était tout bonnement excellente.


Pour finir ma journée dans la zone pro, j'ai pris contact avec THQ pour s'organiser des rendez vous demain juste avant Ubisoft et je me suis dirigé vers la Batcave ^^ (enfin pas totalement) pour une présentation survoltée (la dernière de la journée) en 3D, mettant en scène un challenge entre la responsable de la communauté chez Rocksteady et un développeur du jeu. Y a rien à dire, sauf que cela semble à la hauteur des attentes. A peine, sorti, j'en ai profité pour filer, dans la pièce de voisine, pour une prise en main du Seigneur des Anneaux, la guerre du Nord. Il s'agissait d'une mission coop à 3 personnages, où nous devions repousser un assaut d'orcs sur une porte. On pouvait ainsi voir l'ensemble du panel des commandes disponibles, de comment il fallait jouer vraiment ensemble au risque de se faire laminer un par un. Il y a également un petit coté RPG , dans la gestion des compétences et qualités de son personnage. Graphiquement, je trouve que les effets et sorts par exemple pourraient être plus travaillés. Je verrais sur la version collector, si des changements ont été effectués. Ainsi c'est achevé cette journée enrichissante sur la Gamescom. J'ai finalement peu été sur le salon en lui même et je pense que demain ça va être encore une journée bien remplie avant de prendre le train du retour vers la Normandie vers 16h.


D'ici là faudrait que je dormes quelques heures et que je range les goodies !  […]

Lire la suite

jeudi 9 juin 2011

Vidéo de Métro Last Light

Métro 2033, nous proposait une ambiance qui nous rendait mal à l'aise. THQ et 4A Games continuent sur la même lancée, telle une rame lancée à vive allure. dans le réseau souterrain. Et c'est plutôt intéressant !


Voici le trailer présenté à l'E3 cette année. Je dois dire que l'excellent et adapté thème musical Machine Gun de Porthishead fait beaucoup, ainsi que la technique des flash.

Est-ce une suite de Métro 2033 ou sans rapport ? Seront nous toujours dans les sous-sols de Moscou ? A combattre les mutants post-apocalyptiques ou d'autres ennemis supplémentaires ?

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je vais le garder du coin de l'oeil jusqu'a sa sortie en 2012.

Peut être aurais-je la chance d'en voir un peu plus à la Gamescom 2011...

Pour le même ticket, je vous offre un voyage supplémentaire avec le teaser du jeu, que je trouve encore meilleur que la vidéo précédente.


Sont fort les marketeux quand même hein ?  […]

Lire la suite

vendredi 11 mars 2011

Homefront : Fanday spécial multijoueur chez Microsoft

Intéressé par Homefront, depuis la Gamescom de l'année dernière, où j'avais assisté à une présentation sur le stand de THQ, j'ai eu l'opportunité de pouvoir passer un après-midi entier sur la partie multijoueur du jeu.


Rendez vous donc ce mardi dernier, à peine revenu des pistes enneigées (à peu près ^^), dans le lounge Xbox360 (un peu notre repaire en fait maintenant :) ) situé à Issy dans le Campus Microsoft. J'y étais donc accueilli par les équipes de THQ France et d'Edelman, en charge de la com de Xbox360, avec gâteaux et confiseries : aliments sucrés de base du gamer !

Il y avait également quelques journalistes, de nombreuses connaissances "bloggesques" dont Cocole le chineur-retrogameur fou et Cyriloo de jeuxvideo.org et même l'organisateur des championnats amateurs pour les forza (qui m'a d'ailleurs annoncé une très bonne nouvelle, mais ce sera pour plus tard ^^).



Après une prise en main rapide du solo, qui a permis de nous faire patienter pendant la préparation du réseau, nous avons pu nous affronter sur le multijoueur et nous rendre compte de ce qu'il allait nous proposer. Malheureusement nous n'avons pas pu le faire contre les autres joueurs qui étaient réunis dans les différents pays où avaient lieu de tels fandays.

Au final, après quelques heures, des milliers de cartouches tirées, quelques roquettes et autres joyeuses munitions, je trouve que le multijoueur pourrait se révéler assez intéressant, comme une alternative entre celui de Battlefield, avec une approche tactique nécessaire et celui des Call of Duty moins exigeant sur ce plan là.



Nous sommes repartis avec quelques goodies :
- un bandana floqué d'une étoile rouge,
- un journal daté de 2026, plutôt très bien fait et donnant l'impression qu'une étoile rouge orne désormais le sommet de la Tour Eiffel,
- un t-shirt bien rouge avec son étoile, que je n'ai pris car il restait seulement une taille S fillette, c'est dommage car il aurait bien remplacé celui de Red Faction Guérilla.

Et j'ai eu le plaisir (et les félicitations de mon banquier) de recevoir également le jeu pour pouvoir nous faire une idée plus poussée du solo et du multi de Homefront. Avec néanmoins, la consigne d'attendre le 15 mars date de sortie officielle du jeu pour publier test, avis.


un des premiers trailers de Homefront


Mon avis sur Homefront devrait arriver ce soir ou demain matin.  […]

Lire la suite

samedi 6 juin 2009

Fanday Red Faction Guerilla

Juste avant le grand rush de la grande foire de l'E3 à Los Angeles, j'ai eu la chance de pouvoir participer au Fanday Red Faction Guerilla organisé par THQ et Edelman au Loft Microsoft à Paris.

Lors de cette soirée, nous avons eu une présentation du jeu édité par THQ et plus particulièrement le mode multijoueur par l'intermédiaire d'un sympathique petit tournoi. Après avoir bien sur pu prendre en main le jeu un petit peu avant et profiter du buffet, pour se donner des forces.

Mais tout d'abord présentons un peu le jeu. Red Faction Guerilla est le 3eme volet de la série Red Faction, développée par Volition. Les Red faction se déroulent sur les colonies terriennes de Mars et ont pour particularité de proposer des environnements hautement destructibles. C'est le cas dans ce nouvel opus avec le moteur Géo-Mod 2. Dans le solo, vous allez incarner le mineur Alec Mason," enrôlé" par la Red Faction, une organisation de résistance, face à l'oppression d EDF (cela ne s'invente pas ... Earth Defence Force) (qui a remplacé l' Ultor Corporation du premier épisode, 50 ans plus tôt). Vous allez pouvoir parcourir la planète de long en large avec une grande liberté et choisir les missions que vous voulez réaliser. Vous aurez un arsenal varié et plutôt destructeur :)


Red Faction Guerilla propose également un mode jouable jusqu'à 16 en réseau, avec 6 modes de jeu qui sont :
-- Anarchie : Tuer ou être tué, tel est le thème de cette symphonie de la destruction ouverte à tous.
-- Equipe Anarchie : Choisissez votre camp, EDF ou Red Faction, puis éliminez vos ennemis.
-- Capturer le drapeau : Frayez-vous un chemin dans les lignes adverses, mettez la main sur leur drapeau et rapportez-le dans votre camp.
-- Contrôle des dégâts : Deux équipes s’affrontent pour s’approprier trois cibles. Introduction du « reconstructeur », qui permet de réparer des cibles détruites. (le mode de la démo du Xbox LIVE).
-- Siège : Chacune leur tour, les équipes se retrouvent dans le camp des assaillants ou des défenseurs. Le but est de faire le plus de dégâts !
-- Démolition : Une épreuve qui consiste à protéger à tout prix les ingénieurs de son équipe, qui sèment le chaos derrière eux.

Nous avons fait une petit tournoi sur le mode "Equipe Anarchie" par équipe de 3. J'étais avec Wizoo (qui représentait consoles.net) et Simon (qui représentait GameHope ), dans l'équipe des "braKC". Autant dire tout de suite que nous avons passé le premier tour pour finalement nous incliner contre une partie du gang des arlequins en demi-finale.

Au final, on peut dire que graphiquement c'est pas mal du tout avec quelques effets bien sympa, qu'au niveau jouabilité les armes sont pour certaines excellentes et que les pack tels que propulseurs, séismes sont plutôt bien pensés et facilement exploitables. Pour ce qui est du mode de jeu, c'est forcement un peu bourrin et nerveux, mais cela se laisse facilement jouer entre potes.

Le jeu est disponible depuis ce week-end et quelques Wolfmen (mon petit groupe de joueurs), ont déjà craqué dessus ! J'espère pouvoir vous en faire un test plus complet d'ici quelques temps (edit aout 2009 : THQ m'ayant oublié cela n'a pas été possible, ayant préféré investir dans les vacances :) ). En attendant voici les photos de la sympathique soirée avec THQ.

 […]

Lire la suite

mardi 21 octobre 2008

Saints Row2 : wesh wesh représente

J'ai pu assister, vendredi , le jour du lancement de Saints Row 2 , à une soirée de présentation du jeu.
J'y allais vraiment par curiosité, mais plutôt méfiant. En effet, le 1er opus m'avait à l'époque bien déçu, par un multijoueurs pénalisé par des problèmes de connexion et par un solo pas franchement séduisant.

Au loft Microsoft, THQ nous a donc laissé les manettes après de courtes explications et mises en avant des points forts, mais une fin de non recevoir sur le multijoueurs.
Cela a été une réelle surprise et au final un intérêt mérité. Les principales atouts de ce jeu semble être : une personnalisation très poussée de votre personnage, avec beaucoup d'humour, une liberté d'action importante (vous pouvez suivre la trame du jeu ou faire ce qui vous chante), Je vous laisse la surprise concernant l'histoire, qui est je trouve assez astucieux pour l'ensemble du jeu. . Un autre atout de taille est la possibilité de jouer en coop toute l'histoire, ou seulement une partie. La progression obtenue en coop sera sauvegarder et disponible en solo ! De plus, le niveau de difficulté n'influera pas sur les fameux succès et il sera donc modifiable à tout moment ( c'est plutôt pas mal pour réaliser une mission qui nous résiste). Alors que GTA, s'est assagi, pour devenir plus réaliste, plus terre à terre, Saints Row 2, à l'inverse, va en faire des tonnes.

Par contre, aucune info nette n'a été donnée concernant le multijoueurs et l'amplitude des zones de jeu. Pour cela il faudra voir avec le jeu en main ou dans le test qui sera fait plus tard  […]

Lire la suite

jeudi 14 septembre 2006

Saints Row : Test



Il y a des jeux qui sont attendus au tournant. Saint Row est de ceux là. THQ et le studio Volition ont signé le premier GTA-like sur la console Next-gen de Microsoft ! Aucun éditeur n’avait vraiment réussi à égaler l’illustre ancien sur la XBOX première du nom. La guerre des gangs a commencé sur la XBOX360, voyons voir ce que nous proposent les petits gars de Volition. Sortez les chaînes en or, enfilez votre survêt Tachini et allons voir ce que la rue nous prépare.



Prenez une ville pleine de vie, des gangs contrôlant chacun des territoires d’influence, de la drogue, des prostituées, des véhicules à profusion, des flics tatillons et une énorme liberté de mouvement, ajoutez à cela une ambiance Gang’sta (que voulez vous, c’est la mode du moment !), cela vous fait penser à quoi ? A GTA San Andreas évidemment. Vous ne pourrez y échapper ! Saint Row à un dur passé à faire oublier.
L’histoire est simple, vous vous retrouvez malgré vous inclus dans un gang, suite à un règlement ce compte en pleine rue. Votre gang, les Saints de 3rd streets, est un petit gang qui n’en veut, même s’ils ont choisi une couleur à dormir dehors (le violet), et qui est prêt à tout pour contrôler toute la ville. Et vous la dedans ? Pour exister et monter dans la hiérarchie, vous allez devoir engranger des crédits et du respect. Enfin du respect … c’est vite dit. Car les missions que vous allez devoir remplir et débloquer au fur et à mesure n’ont pas grand-chose de respectable. Piquer les putes d’un autre gang pour le mettre dans son propre bordel, descendre les lieutenants des autres gangs, contrôler la production de drogue, etc.… voilà le genre de mission que vous allez devoir effectuer pour prouver que vous méritez de porter les couleurs du gang.



Ces missions vont vous emmener aux quatre coins de la ville de StilWater (un nom de chiotte, non ?). Cette ville n’a pas le gigantisme et la diversité des paysages que proposait GTA-SA. Mais sur ces deux îles, elle propose des environnements variés, du quartier d’affaires, aux quartiers plus résidentiels. Pour vous repérer, une carte est disponible. Cette carte se complétera au fur et à mesure de votre progression, avec vos planques, les différents commerces et différentes missions et activités et votre expansion dans la ville par rapport aux 3 autres gangs. La vie dans cette ville est aussi bien présente, avec de nombreux passants et automobilistes, toutefois à certaines heures, dans certains quartiers, il sera un peu difficile de trouver une voiture. Il ne vous restera plus qu’à courir (pas longtemps, car vous n’avez pas une endurance olympique et votre jauge baissera rapidement, mais une fois arrêté, elle remontera tout aussi vite) marcher, sauter pour prendre des raccourcis ou prendre le métro aérien, voire même nager.
Vous retrouverez la liberté que vous aviez sur GTA-SA, ainsi vous pourrez à loisir acheter des vêtements (ceux violet, vous feront gagnez plus rapidement des points de respect), des armes, de l’alcool, de la bouffe, vous faire des tatouages et aussi personnaliser votre personnage chez le coiffeur ou chez le chirurgien esthétiques. Mais si vous êtes en manque de liquidités, en rentrant dans ces intérieurs vous pourrez tout aussi braquer la caisse ou par l’intermédiaire d’un petit jeu crocheter le coffre. Ainsi les missions (4 scénarios) et activités (cambriolage, arnaque à l’assurance, tueur à gages, une grande douzaine au total…) sont assez variées et nombreuses et non linéaires (seulement fonction du respect obtenu), mais on peut regretter qu’il n’y ait que les « voitures » qui soient conduisables. En effet, contrairement au modèle, vous ne pourrez ici tout ce qui permet de se déplacer. C’est ce qui peut rendre le jeu un peu monotone en solo. Je pique une caisse, je vais faire ma mission et je repique une autre caisse pour rentrer et je recommence.



Lors de la partie, votre niveau de recherche (tout comme GTA-SA) symbolisé par des étoiles augmentera au fur et à mesures de vos méfaits et il en est de même avec les autres gangs (plus vous tuerez de membres des Vice Kings, plus ils seront nombreux à venir vous pourchasser. Vous aurez la possibilité de faire appel à un membre de votre clan, pour vous aider ou alors à une aide exceptionnelle, de certains personnages, débloqués lors de missions et grâce à l’augmentation de votre niveau de respect.
Chaque territoire contrôlé va vous rapporter de l’argent. Cet argent vous pourrez le retirer dans votre planque, ainsi que les vêtements et les armes que vous avez achetés. Les armes que vous pourrez utilisé sont nombreuses et variées, elles vont du cocktail molotov, au couteau, en passant par l’uzi, jusqu'au lanceur de roquettes. Vous aurez aussi la possibilité de parquer des véhicules dans votre garage, mais ils seront stockés dans l’état où vous les avez déposés (ils ne seront pas remis à neuf comme dans GTA-SA)



Graphiquement, Saint Row est nettement au dessus de GTA-SA, mais encore perfectible. Dès le démarrage vous allez devoir créer votre propre personnage, en choisissant de la couleur de la peau à la masse musculaire, en passant par la forme du menton. En fait des milliers de possibilités (sauf que ce ne peut être qu’un homme, dommage pour les joueuses) que va nous donner cet outil de création assez pointu.
L’action se déroulant en intérieur et en extérieur, les environnements sont interactifs, ainsi vous pourrez shooter dans tous les éléments mobile du décor (caisse, poubelles, ballons) et détruire certains éléments tels que les bouteilles, les écrans divers et variés. Sur les véhicules les dégâts sont aussi visibles et progressifs, sans que cela ait d’influence sur le comportement de la voiture. Une aide visuelle est présente sur la carte et minicarte de votre affichage, pour vous guider jusqu'à une destination que vous avez pointé. Les effets visuels tels que les explosions et le feu sont très bien rendus (même trop bien rendus sur vous !!!!). Il y a toutefois quelques bugs d’affichage qui subsiste, comme la disparition d’éléments de décor, de véhicules, voire parfois de texture.



Heureusement pour se démarquer de GTA-SA, Saint Row nous donne la possibilité de faire des parties XBOXLIVE, jusqu'à 12 joueurs.
Sur le live, vous allez pouvoir récréer votre propre gang, avec le tag de votre « clan » qui s’affichera devant votre gamertag. Vous avez bien sur la possibilité de créer votre propre partie, en la personnalisant au niveau de l’environnement, des paramètres de jeu, mais aussi au niveau des armes disponibles (genre lance roquette contre couteau, quoi c’est pas équilibré ?). La part belle est faite au mode de jeu en équipe. Les modes sur lesquels vous pourrez vous déchaîner sont le deathmach classique solo ou en équipe « bataille de gang » ; « à la chaîne » ni plus ni moins une capture de drapeau, remplacé ici par une chaîne en or (gang’sta oblige) ; « Pas ta caisse » ou vous devez améliorer votre voiture avant celle de l’adversaire, en ramassant des chaînes en or à revendre, ce qui vous permettra de retaper votre caisse, tout en ayant la possibilité de ruiner celle de vos adversaires ; « garde du corps » où vous devrez escorter votre mac (le gars avec le chapeau à plume ), armez de sa seule baffe de la mort : il te touche , t’es mort ; il te rate, tu t’enrhume. Il y a également la possibilité de jouer en coop (2 joueurs seulement, dommage). Ces parties se dérouleront sur des maps à plusieurs étages, en intérieur- extérieur, avec des passages à découvert et des recoins. Vraiment de quoi s’amuser. Lors des parties sur le live, vous pourrez gagner un peu d’argent ce qui permettra de personnaliser votre personnage (achat de vêtements, bijoux et tatouages). Cette partie live est une vraie réussite, malgré la présence parfois gênante de lag.



Au niveau sonore, la playlist des radios est complète et chacun y trouvera son style propre, malheureusement aucun titre n’est véritablement assez connu pour rappeler à notre souvenir. Les bruitages nous accompagnent pendant nos périples à travers les territoires ennemis et viennent favoriser notre immersion dans le jeu. Il est toutefois dommage qu’il n’y ait pas eu d’effort de localisation, heureusement les sous-titres viennent nous dépanner.



Au final, Saint Row n’a pas à rougir de son inspirateur. Pourquoi vouloir changer les bonnes vieilles recettes : une bonne dose de liberté, de transgression des règles et des interdits histoire de faire parler de soi. Les développeur ont eu la bonne idée de rajouter ce qui manquait à GTA-SA, la possibilité de jouer sur le Xboxlive et de personnaliser totalement son personnage. La balle est désormais dans le camp des développeurs de chez Rockstar, qui voudront sûrement reprendre le territoire de leur gang sur la XBOX360.




Gameplay : 15/20 : Pour peu que l’on soit un habitué du genre, la prise en main est rapide et on aura vite fait de manier avec brio les voitures et avec efficacité la visée. C’est identique en solo ou sur le Xbox-live.

Son : 16/20 : On parcours la ville en voiture, rien que pour le plaisir de la radio.

Graphisme : 16/20 : Fluidité de l'animation, qualité du rendu, les effets de flammes sont excellents rien à redire à part quelques petits bugs d’affichage.

Xbox-live : 15/20 : Le mode live est une réussite, avec une réelle variété de mode de jeu, qui nous assure des parties endiablées en équipe, cependant on peut regretter les problèmes de synchronisation présents pour l’instant sur le live.

Note Finale : 15/20 : THQ est venu chassé sur le territoire de Rockstar. Ils ont réussi à s’approcher du maître en la matière, en utilisant les mêmes recettes qu’eux. C'est-à-dire une liberté immense, une bande son riche et complète, des armes à profusions, une bonne dose de petites missions permettant de s’échapper des missions directrices du jeu. Ils ont rajouté une bonne dose de personnalisation et ce qui manquait à GTA San Andréas : le live qui malgré des problèmes de lag (prochainement corrigés par un patch) propose une réelle alternative au jeu en solo.


Prix : 70 euros
Disponibilité : depuis le 1er septembre 2006.  […]

Lire la suite