"Je suis le chevalier blanc..." sur un air bien connu


Je n'avais aucune idée de ce dans quoi je m'embarquais quand j'ai reçu un exemplaire de White Knight Chronicles 2. Je savais toutefois que c'était un jeu de rôle japonais et que c'était la suite de White Knight Chronicles, mais c'est tout. Ainsi, vous pouvez comprendre comment j'ai été soulagé quand j'ai réalisé que le jeu est livré avec deux jeux, White Knight Chronicles en version retravaillée et White Knight Chronicles 2.


Lorsque vous démarrez le jeu, vous avez le choix, entre soit commencer à White Knight Chronicles 2 avec votre personnage au niveau 35, soit commencer au niveau 1 avec le premier White Knight Chronicles. Le premier opus ayant été retravaillé, il ne parait graphiquement pas trop loin de son descendant. Comme tout débutant, j'ai décidé de commencer par le bas.

Vous allez donc créer votre propre personnage en choisissant son nom, ses capacités, et autres personnalisations, avant de partir dans votre quête. Comme il s'agit d'un avis sur White Knight Chronicles 2, je vais faire l'impasse sur White Knight Chronicles 1. je vais juste vous dire que le jeu mérite de commencer par celui-ci à dire. Il est, à mes yeux, meilleur que sa suite.


Vous incarnerez votre personnage créé, mais l'accent est mis sur Léonard (comme dans le premier jeu). Léonard est principalement le leader des Chevaliers et il est l'un des nombreux personnages que vous avez la capacité de contrôler et de jouer.
Vous pouvez changer de personnage à tout moment pendant le jeu. Léonard est de loin le plus puissant, car il peut se transformer en chevalier, enfin plutôt en un "putain" de chevalier, qui va infliger au moins le double de dommages que vous pourriez faire avec les personnages normaux... Mais cette capacité spéciale ne dure pas infiniment : une jauge va baisser et Léonard va redevenir lui-même, jusqu’à ce que l'on gagne de nouveau des points, permettant cette transformation en chevalier "colossal".


White Knight Chronicles 2 est graphiquement moyen, c'est à dire qu'il n'est ni étonnant, ni mauvais. Mais ce sont les petits détails qui sauvent la mise. Les environnements sont plaisants, mais vous allez devoir les traverser un certain nombre de fois de long en large. Et pour atteindre votre destination, au début vous allez essayer de varier les itinéraires, mais bien vite, vous allez utiliser la carte pour tracer votre route et éviter les mauvaises voies où apparaissent à l'infini des hordes de gobelins, trolls etautres créatures. Les butins à ramasser sont assez pauvres ... Mieux vaut éviter ces confrontations peu payantes et monotones.

Il y a également un mode multi-joueur coopératif. Vous pouvez jouer avec 5 de vos amis en ligne, mais cela n'apporte de mon point de vue rien de plus que le solo. Certains pourraient l'aimer, moi je trouve cela inutile.


Au final, pour ceux d'entre vous qui ont aimé le premier jeu, les chances sont que vous allez probablement aimer la suite aussi.
Si vous n'avez pas joué au premier White Knight Chronicles et que vous aimez les " JRPG" (RPG asiatiques) , alors vous allez avoir 2 jRPG pour le prix d'un.
Si vous aimez les RPG occidentaux plus que vous n'aimez les JRPG, alors vous trouverez également quelques choses pour vous dans ce jeu.
N'étant pas fanatique de jRPG, je n'ai pas totalement adhéré à l'histoire assez vague, ni aux visages inexpressifs des personnages, ni aux cut-scenes ultra-dramatiques. Ce n'est pas un mauvais jeu, en aucune façon, cela dépend vraiment du genre de joueur que vous êtes. Je n'aime pas non plus le code pour le online ...  […]